Pour un virement ou un chèque


Les dons donnent droit à déduction fiscale.



51 femmes ont bénéficié de nos formations depuis 2014.

280 €, c'est le budget pour aider une femme à se professionnaliser et à changer de vie.<

Avec le soutien de la Fondation RAJA - Danièle Marcovici et de nos fidèles donateurs. Un grand merci.

Blog de la Maison des femmes de Bacongo


Cliquez sur l'image ci-dessous pour accéder au blog




Une communauté en développement

Dans la Maison des Femmes de Bacongo, les femmes ont à leur disposition un dispositif de formation de six mois, assorti d'un petit microcrédit pour les aider à (re) démarrer.
Au fur et à mesure, elles reprennent confiance en elles, elles discutent, échangent, réfléchissent à leur pratique professionnelle. il se construit ainsi une petite communauté de femmes qui, non seulement sont "debout" (comme on le dit si joliment à Brazzaville), mais aussi qui prennent conscience qu'il faut se former, apprendre, travailler son expérience pour avancer.


Octobre 2016 - Une quatrième série très prometteuse malgré des conditions difficiles

13 femmes suivent avec détermination cette quatrième série de formation. A mi-parcours, et malgré des conditions de travail rendues difficiles par les nombreuses tensions qui règnent au Congo, et notamment à Brazzaville, depuis l'élection controversée du président de la République, la formation se déroule très bien, et ce nouveau groupe de femmes avance vite. Après avoir travaillé sur la gestion de stock, sur la diminution des charges, sur la difficulté à séparer budget familial et budget professionnel, les micro-entrepreneuses en sont maintenant au calcul du bénéfice, de leur bénéfice. Si la compréhension du principe reste simple, la mise en œuvre est difficile car elle nécessite de posséder des informations précises en termes de recettes et de dépenses. Or sur les marchés de Brazzaville, pas de caisses enregistreuses, rien qui permette de noter scrupuleusement les recettes - et les dépenses -, sauf un petit carnet et un crayon. Pour ces femmes, c'est un vrai challenge, mais elles y arriveront.

Juin 2016 - Démarrage d'une 4ème série prévue dans quelques jours

La 3ème série de formation s'est terminée en mars 2016. Les femmes ont suivi avec enthousiasme cette nouvelle formation. Nous avoisinons les 100% de participation au cours. Le recrutement pour l'animation d'une formatrice quadrilangue, qui peut ainsi traduire les cas et les informations dans toutes les langues facilite grandement l'apprentissage et surtout permet à toutes les femmes de s'exprimer, et notamment celles qui ne maitrisent pas très bien le français.

Septembre 2015- Lancement de la 3ème série de formation du lundi (groupe 3)

13 femmes dans ce nouveau groupe qui s'engage pour 6 mois de formation. Elles sont âgées de 22 à 38 ans. Deux d'entre elles n'ont pas d'activité pour l'instant, les 11 autres ont de petites activités de survie.

Novembre 2014- Lancement de la formation du samedi - "Construire son projet"

A la demande de 6 des 12 femmes qui ont suivi la première formation, une nouvelle série de formations - orientée "projet" - a été mise en place. Les femmes y sont très actives. Elles y viennent pour approfondir les acquis et élaborer un projet de développement de leur activité.

Octobre 2014- Lancement de la 2ème série de formation du lundi (groupe 2)

Une nouvelle expérimentation a commencé en octobre (pour 6 mois). Cette fois, ce sont 13 femmes sélectionnées par l'équipe de Brazza qui y participent. La plus jeune a 20 ans, la plus agée 54 ans.

Première expérimentation - Février 2014 à Juillet 2014 (groupe 1)

L'équipe de Brazza a sélectionné le dossier de 12 femmes qui se trouvaient dans des conditions économiques particulièrement difficiles.
Février 2014 - FAFA leur a accordé un microcrédit de 50000 FCFA pour lancer ou relancer leur activité.
Mars 2014 - Les sessions de formation s'organisent autour de rencontres prévues tous les lundis après-midi: au programme, la gestion du stock et son renouvellement, le suivi des entrées (produits) et des sorties (charges) via des outils de formation simples mais efficaces que nous élaborons et adaptons au fur et à mesure; mais aussi des discussions sur les problèmes de l'activité (comment avoir plus de clients...), la gestion des budgets famille/professionel, ou plus largement sur l'absolue nécessité de se prendre en charge pour mener à bien une activité économique.


Ci-dessous 3 des femmes qui participaient à cette activité (les prénoms ont été changés) :

- Aline : 56 ans, 6 enfants dont la plupart sont adultes et sans vrai revenu. Elle est locataire de sa parcelle. Elle ne travaillait plus et tente de remonter une activité de vente de charbon devant sa maison. A noter que malheureusement, les femmes comme Aline n'auront presque rien pour vivre lorsqu'elles ne pourrront plus travailler.
- Claire a 47 ans et un enfant. La vie a toujours été difficile. Quant elle a rencontré Françoise, elle était un peu au bout du rouleau, mais pour le moment, tout va mieux, elle a lancé une petite activité de friperies. Tous les lundis, elle fait le point avec Françoise et les autres femmes, et déjà rien que cela lui fait du bien. Mais il faut surtout qu'elle transforme cet essai en une réussite et, une fois les remboursements terminés, elle puisse être autonome.
- Gabriele a 32 ans et élève deux enfants toute seule. Sur le dossier, elle n'a déclaré prendre avec sa famille qu'un seul repas par jour. Elle n'avait plus d'activité du tout, il était temps qu'elle croise la Maison sur sa route, et reprenne la vente de "divers" (épicerie). Tout comme Claire, elle suit les formations du lundi et à travers le groupe cherche à se reconstituer.

A quoi ont servi les dons reçus par Femmes d'Afrique, Femmes d'Avenir en 2014 ?

Les fonds reçus par Femmes d’Afrique, Femmes d’Avenir ont été intégralement utilisés pour le fonctionnement et le développement de la Maison des Femmes de Bacongo.

En 2014, elles ont notamment permis :

  • l'installation de toilettes dans la Maison des Femmes
  • l'achat d'un tableau blanc


  • JE SOUTIENS LA MAISON DES FEMMES DE BACONGO



    L'association

    Femmes d'Afrique, Femmes d'Avenir (FAFA) est une association Loi 1901 à but non lucratif. Créée en 2008 par une équipe pluridisciplinaire passionnée par les problématiques de développement, elle a pour objet de promouvoir l'indépendance économique des femmes à travers le microcrédit et le soutien à la création de micro-entreprises.

    Un microcrédit est un prêt de faible montant destiné à une population qui n'a pas accès au système bancaire.

    Télécharger la brochure



    Le marché de Bacongo à Brazzaville

    A Brazzaville, la capitale de la République du Congo, le chômage est important et touche les femmes et leurs familles. Pour faire vivre leur famille, nombreuses sont celles qui ont créé ou essaient de créer une petite activité commerciale ou artisanale au coeur des marchés.

    Le marché de Bacongo est le plus grand marché de Brazzaville et des milliers de femmes (et d'homme) et travaillent tous les jours. Les femmes y vendent du poisson salé ou séché, des fruits, des légumes, mais aussi des articles de beauté, des pièces de carrosseries de voitures, des vêtements, du pétrôle, des boissons, des chaussures...

    Pour certaines, ce travail ne leur laisse, en fin de semaine, qu'une petite somme qui permet, tant bien que mal, de nourrir leur famille. Et pourtant, ces femmes nous ressemblent : elles veulent développer leurs activités, être indépendantes, vivre mieux, et offrir un avenir à leurs enfants. Aidez-nous à les aider !

    Femmes d'Afrique, Femmes d'Avenir collecte des fonds afin d'aider les femmes vendeuses des marchés de Brazzaville. Elle travaille en partenariat avec l'Union Africaine des Femmes Managers (UAFM), son partenaire brazzavillois.